Domaine des Grands-Prés

Ce vaste projet immobilier, développé par Thomas & Piron Bâtiment, comprend 186 appartements, dont 13 adaptables.

Détails du projet

  • Année : 2022
  • Lieu : Mons
  • Type de projet : Construction neuve
  •  

Les 186 appartements se répartissent en deux ensembles, l’un de 4 niveaux hors sol et l’autre de 5 niveaux hors sol. Les logements adaptables, situés au rez-de-chaussée, sont directement accessibles depuis l’espace public : parkings, voies d’accès, entrées aux bâtiments, escaliers et ascenseurs, couloirs et espaces communs ont été conçus, conformément à l’article 415 du CWATUPE, de manière à permettre à tous, valides et moins valides, l’accès aisé aux différentes parties des bâtiments ainsi qu’à toutes ses fonctions, à tout moment.
Chaque appartement inscrit dans l’opération comprend un séjour avec cuisine, une salle de bains avec douche adaptée, un WC visiteurs séparé (non adapté), 2 chambres pour respectivement 1 et 2 personnes, et d’une buanderie. Il dispose en outre d’un jardin avec terrasse et espace de rangement, et d’un emplacement parking PMR d’usage privatif.

Descriptif

Le projet des Grands Prés s’inscrit dans un projet, plus vaste, de remembrement de quartier au cœur de la Ville de Mons. Par sa situation privilégiée en termes d’accessibilité (offre importante en transports en commun, et excellente desserte routière), ce remembrement de quartier entend renforcer l’attractivité commerciale avec la venue d’un IKEA, d’un nouveau retail de 10.000m² et d’une extension de la galerie commerciale. Les projets de bureaux aux abords proches du projet accroissent aussi son attractivité en termes de création d’activités. Dans ce contexte, le renforcement de la zone résidentielle se justifie pleinement, pour faire de la zone des Grands Prés un véritable lieu de vie, un quartier durable destiné à répondre aux besoins des générations futures.

C’est donc en parfaite cohérence avec cette politique globale que les opérateurs du projet ont intégré à leur parti l’adaptabilité, pour étoffer la diversité des logements disponibles. Cette opération immobilière vise ainsi à répondre aux besoins des personnes qui désirent rester le plus longtemps possible à domicile ce qui, compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie, constitue un défi majeur de notre société.
« Construire adaptable » consiste à créer les conditions du développement d’un concept, d’un mode de vie permettant également aux familles de bénéficier de logements adaptés à leurs besoins. Elles pourront bénéficier d’une qualité de vie leur permettant de profiter d’espaces extérieurs tant privés que publics.

Les défis techniques sont de différentes natures selon les étapes de développement du projet. Des lignes directrices précises ont été définies avec l’aide de l’expert en mobilité, de manière à privilégier directement les voies de la meilleure efficacité de réalisation du concept de l’action.
En phase de conception, l’enjeu majeur consiste à intégrer les critères techniques de la charte « Construire adaptable », sans s’écarter des standards commerciaux du promoteur notamment en matière de maitrise des surfaces de vente. S’il est une évidence de rappeler que « la mobilité réduite » implique des aires de manœuvre et des dégagements plus importants qu’en logement classique, il est nettement moins évident d’imaginer comment intégrer ces espaces sans augmenter les surfaces des logements et en les intégrant dans la même trame structurelle que les autres logements du projet. L’enjeu à ce propos est essentiellement commercial, ce qui est fondamental lorsqu’il est question de promotion immobilière. Les études architecturales préliminaires ont mis en évidence que le choix du type de logement adaptable était déterminant à cet égard. En effet, si l’intégration des contraintes fonctionnelles impliquait une augmentation importante des surfaces de référence dans les logements de type studio ou appartements à 1 chambre, on a en revanche réussi à les intégrer avec beaucoup plus de facilité dans les appartements à 2 chambres, à tel point qu’un tel logement en version « adaptable » s’inscrit dans une surface absolument identique à celle d’un 2 chambres « classique ». Pour des raisons d’élimination du risque technique, seuls les appartements à 2 chambres du rez-de-chaussée ont été sélectionnés pour s’inscrire dans l’action, puisque le but est de privilégier l’autonomie, et que nul ne pourrait prétendre garantir en permanence le parfait fonctionnement des ascenseurs.

Dans ce projet spécifique et après examen minutieux des contraintes techniques, le choix a été fait de dimensionner directement les locaux des unités de vie et des autres espaces privés (sauf le WC « visiteurs ») de manière à respecter les largeurs de passage, les aires de manœuvre et de transfert utiles aux PMR. L’adaptabilité des logements concernés ne nécessitera donc aucune démolition de parois, ce qui est un facteur facilitateur. Seuls les équipements (mobilier sanitaire, cuisine, …) nécessiteront une adaptation si le besoin s’en fait sentir. Nous avons observé que la « perte » des surfaces dans les dégagements n’induit que très peu de pertes effectives dans les espaces nobles, et que cette perte pouvait même être perçue comme un gain d’espace, par exemple pour un jeune couple avec enfant, qui trouve dans les dégagements élargis des facilités de manœuvre du landau ou de la table à langer.

À ce stade d’évolution du projet, les défis relevés ont donc été essentiellement d’ordre théorique, et conceptuel. Le grand défi actuel du début du chantier est de parvenir à sensibiliser l’ensemble des équipes de l’entreprise à un respect scrupuleux des plans, et à réagir à temps pour ne pas répéter mécaniquement des habitudes acquises non compatibles avec les normes d’accessibilités, tels la présence d’un petit rejet d’eau au droit des portes d’entrée, la légère saillie de 3mm des entres-portes placés entre le hall commun et le hall d’entrée privatif des logements ), les positionnement des prises et interrupteurs à des endroits et hauteurs spécifiques…
Les autres défis sont d’ordre technologique : l’absence de ressaut au droit des portes extérieures ne permet pas pour autant d’ignorer les contraintes en termes d’étanchéité et de garde à la neige. Ils ont été soumis à l’avis du CSTC. Ils impliquent notamment la pose de caniveaux continus au droit de chaque baie extérieure.

Hormis ces questions, l’intégration de l’adaptabilité dans ce projet a été réalisée sans remise en question des habitudes constructives de l’entreprise, qui adopte traditionnellement une structure massive en bloc silico-calcaire. Seule une cloison habituellement réalisée en bloc de plâtre a été transformée en cloison de même épaisseur en silico-calcaire, de manière à pouvoir reprendre les charges liées aux barres de transfert du WC.
Le parti a aussi été pris de prévoir d’emblée toutes les techniques encastrées à un niveau « adapté » (plus bas que la normale) de manière à conforter l’hypothèse d’un simple changement de « mobilier » en cas d’adaptation du logement (en ce compris les siphons de lavabo et d’évier). Les meubles sanitaires de base seront donc raccordés avec des raccordements flexibles. Pour éviter de devoir carreler sous l’éventuelle baignoire, les appartements inscrits dans l’opération sont uniquement équipés d’une douche à carreler sans ressaut, ce qui est la seule contrainte commerciale imposée à la clientèle (limitation du choix de sanitaire).

Plus d’info :

Maître de l’ouvrage : Thomas & Piron Bâtiment s.a.

Auteur de projet : SOFATELIERS Architectes sc/SPRL

Bureau d’étude Stabilité : STABUILD SPRL

Bureau d’études accessibilité : Plain-Pied ASBL

Promoteur-Constructeur : Thomas & Piron Bâtiment s.a.

 

Contactez-nous

11 + 3 =

Partenaires

Confédération Construction Wallonne
cstc
uwa
cawab
cifful
ifapme